Vous avez enfin trouvé un groupe avec qui jouer ? Bonne nouvelle, vous avez franchi une étape. Voici donc quelques conseils pour bien démarrer votre projet.

Définir vos objectifs généraux

Il existe une grosse différence entre jouer avec d’autres musiciens et former un groupe. Outre le fait de jouer plus souvent avec son groupe, réside dans les objectifs que vous allez vous donner. En effet, il est primordial de prendre le temps de définir les envies de chacun vis-à-vis du groupe et de se fixer des objectifs communs. Ces objectifs pourront être plus ou moins précis, ce qui importe c’est d’avoir une direction à prendre pour le groupe. Cela peut-être : « faire des reprises pour jouer le plus rapidement possible en concert dans des bars ». Au même titre que « faire des compositions et jouer au stade de France ». Les objectifs que vous vous fixerez ne regardent que vous, mais ils doivent être partagés par tout le groupe. Prendre le temps d’en discuter vous permettra aussi d’avoir une vision plus claire des attentes de chacun par rapport au groupe.

Commencez par jouer quelques reprises 

Même si vous voulez jouer uniquement des compositions par la suite, jouer et travailler une ou deux reprises vous sera certainement très utile. Cela vous permettra de voir le niveau et le style de jeux de chaque membre du groupe, et de commencer à vous connaître. Commencer par jouer quelques reprises vous permettra de jouer un morceau ensemble rapidement et de travailler en groupe. Une fois que vous commencerez à être plus à l’aise avec les autres membres, vous pourrez travailler des compositions si vous en avez l’envie.

Fixez-vous un créneau fixe de répétition 

Vous le verrez suffisamment tôt, mais réunir tous les membres du groupe toutes les semaines pour une répétition peut s’avérer plus compliqué que prévu.  Chacun ayant des obligations, des empêchements, etc.  Pour limiter ce genre de situation, fixez-vous au minimum un créneau fixe de répétition par semaine. Il vous faudra au moins ça pour faire avancer votre projet. De plus, rien ne vous empêche d’ajouter d’autres créneaux, ou même de voir certains membres pour travailler des parties spécifiques et avancer une composition.

Donnez un objectif à chaque répétition 

Afin d’optimiser votre temps de répétition, chacune doit avoir un objectif précis. Celui-ci pourra être défini avant chaque répétition ou suivre un planning global, mais une chose est sûre : il devra être. Cet objectif aura pour but de structurer votre temps de jeu. Par exemple, une répétition pourra avoir pour objectif de travailler un nouveau morceau, de revoir les 2-3 titres qui vous posent problème ou de revoir tout votre répertoire pour vous le remettre en mémoire. Mais si vous commencez chaque répétition en jouant tout votre répertoire, il ne vous restera pas beaucoup de temps pour les nouveaux morceaux. Et vous ne pourrez pas bien travailler les passages qui vous posent problème.

Travaillez chez vous 

Cela peut sembler évident, mais le temps de répétition ne doit pas servir à l’apprentissage. Qu’il soit technique ou qu’il concerne la structure. À la fin d’une répétition, définissez le travail de chacun. Ainsi vous saurez ce que vous aurez à faire avant la prochaine répétition et vous verrez qu’elle sera beaucoup plus productive. Et des répétitions productives, c’est de la motivation pour tout le groupe. À l’inverse, si vos répétitions « pataugent », vous risquez de voir les membres du groupe et vous même vous démotiver au fur et à mesure. Ne négligez donc pas le travail personnel.

Enregistrez-vous 

N’hésitez pas à prendre un peu de temps pour vous enregistrer, même avec les moyens du bord (un téléphone par exemple …). Cela vous permettra de le réécouter plus tard, avec un peu de recul. Vous remarquerez peut-être certaines choses qui passaient inaperçues jusqu’ici et vous aurez peut-être d’autres idées d’arrangements. De plus, ces enregistrements pourront vous servir de base de travail entre chaque répétition.

Bon travail !